Dans quels cas les émotions et les croyances viennent altérer la communication?

Il y a des situations dans lesquelles nous nous sentons perdues, nous les mamans. Des questionnements et des émotions émanant de nos enfants qui nous laissent sans voix. Nous-même meurtries par leurs souffrances, nous ne savons quoi leur conseiller, ni comment les apaiser.

Pourquoi ?

Parce que quand il s’agit de nos enfants nous voulons ce qu’il y a de mieux mais les émotions viennent parfois tout foutre en l’air.

A cela viennent s’ajouter de fausses vérités appartenant aux générations précédentes et que nous croyons être les nôtres, comme :
“Si tu lui fais trop de câlins, il sera dépendant de toi et il ne deviendra jamais autonome”. “Fais attention il fait son cinéma pour te manipuler”. “Si tu ne travailles pas en classe tu ne pourras jamais choisir le métier que tu veux”. Etc…

L’enfant, que nous avons été, vit avec une vision imposée par la famille et l’éducation qui nous a façonné à sa façon.
Quand on naît, on est vierge de tout MAIS on porte notre attention sur ce qu’on dit de nous, ce que l’on pense de nous : tu es beau, tu es capricieux, tu es feignant….
Nous apprenons à travers des idées reçues sans juger par nous-même. Puis nous anticipons nos réactions avec des aprioris. Enfin, nous sommes comme coupés de la réalité et souvent ne laissons pas le temps et la place à l’autre de s’exprimer.
Toutefois, nous ne sommes pas conscients que nous sommes dépendants des autres et nous nous fions à tout ce que nos parents nous disent, sans réfléchir par nous-même. Idem pour les maîtres et maîtresses, les copains.

Alors ?

Mais que se passe-t-il si ces paroles sont prodiguées dans le but de bien faire mais sans savoir vraiment quelles sont leur portées?
Toutes ces paroles que nous entendons se transforment en voix intérieure qui nous juge et qui nous fait culpabiliser.

Le parent parle → morale : “tu ne dois pas faire ça” → culpabilité : “c’est ma faute si…

Avant de vivre notre propre expérience nous apprenons à travers nos parents et nous ferons vivre la même chose à nos enfants.

Alors qui parle ? Vous ou vos parents ?

Et si la communication était la clé de la confiance en soi ?

Et si nous nous écoutions VRAIMENT pour retrouver confiance en nous et en nos compétences de parents….

Je vais vous exposer plus loin 4 situations que vous avez ou que vous allez de toute évidence rencontrer avec vos enfants. Ces situations vous les subissez déjà vous même en tant qu’adulte, parce que les enfants ont les mêmes émotions et les mêmes souffrances que nous. Et pas sûre que vous ayez les bons outils pour réagir.

Les enfants vivent ces émotions (colère, tristesse, etc…) avec plus d’intensité que nous, adultes, pour la simple et bonne raison que leur cerveau n’est pas mature. Il ne le sera que vers 12 ans chez les filles et 15 ans pour les garçons (d’où le légendaire adage qui dit que les garçons sont moins matures que les filles !). Ainsi il faudra aux enfants
beaucoup plus de temps pour dépasser un moment difficile, et la frustration leur paraît souvent insurmontable.
En grandissant les enfants veulent faire comme les autres et appartenir à un “groupe”.
C’est le fondement même de leur vie sociale !
Les filles veulent toutes le même sac, même s’il est moche, les garçons rêvent de savoir jouer au foot même s’ils sont bien meilleur en dessin.
Ils construisent leur personnalité en fonction de leur entourage, veulent appartenir au groupe, quitte à faire des choses qui ne leur ressemblent pas. L’essentiel est de “ne pas être rejeté”. Pourquoi pensez-vous que les jeunes se mettent soudain à fumer à 14 ans? Pour appartenir à un groupe! ils ont peur d’être rejetés s’ils ne font pas comme
les autres. Et malheureusement dans ce domaine, c’est ensuite l’escalade…

La communication chez les Toltèques

J’ai découvert les Toltèques et leurs pensées…
Quelques explications tout d’abord sur ce qui se passe à l’intérieur de nous lors de notre quête humaine, semées d’embûches.
Nous sommes tous à la recherche du bonheur, pour pouvoir aussi le partager.
Nous voulons atteindre un amour inconditionnel sans jugement ni colère, pour se sentir à notre juste place.

A l’intérieur de nous, il y a 3 choses :

  • La petite voix mentale (pensée) qui nous juge en permanence et qui nous dit sans cesse “je ne vais pas y arriver, et si j’échoue? etc…”.
    En fait, d’un point de vue des Toltèques, nous pensons nous situer toujours du côté du bien, de celui qui a raison. Nous rejetons systématiquement notre part de tristesse, de colère, de méchanceté alors que nous devrions accepter qu’elle existe.
  • Nos émotions (coeur), qui changent d’un instant à l’autre, chaque jour.
  • les douleurs de notre corps (mal au ventre, insomnie, maux de tête…) qui traduisent nos tensions.

La sagesse toltèque peut nous aider et de ce fait aider nos enfants à être plus confiant pour communiquer avec les autres et dans leur propre relation.
Les toltèques nous livrent les secrets de la COMMUNICATION.
L’amour est source de guérison, c’est déjà une bonne chose, cela nous aurait ennuyé que ce soit la haine 😉
Aimer c’est trouver l’énergie en soi, en l’autre . C’est avoir le pouvoir de nous relier aux autres et donc d’écouter l’autre.


Petite pause historique : les toltèques étaient un peuple de guerriers qui a vécu dans l’actuel Mexique entre 1000 et 1300. On sait peu de choses sur eux, notamment qu’ils étaient caractérisés par un grand raffinement en art et architecture et par leur sagesse dont les principes toltèques seraient à l’origine.

Adopter la pensée toltèque pour mieux communiquer

  • En intégrant vous-même les règles des toltèques que je vais vous énoncer, décortiquer et expliquer, vous pourrez leur transmettre cet état d’esprit, cette “sagesse”.
  • Et en les incarnant vous deviendrez le modèle sur lequel ils pourront s’appuyer. Les enfants apprennent beaucoup en nous observant, beaucoup plus qu’en répétant dix fois la même chose, ou en s’énervant.
  • Vous pourrez leur donner les outils qui, sans aucun doute, leur procureront un équilibre harmonieux avec eux-mêmes et les autres ; équilibre qui leur permettra de s’affirmer.

Encore quelques précisions…
Pourquoi est-il si important de maîtriser les accords toltèques?
Parce qu’il sont les initiateurs de bienveillance, d’estime de soi, de respect, de communication non violente et de persévérance.
Rien que ça ! En 4 règles, que vous vous astreindrez à appliquer, vous maîtriserez tout cela.

La communication selon les Totèques chez les enfants

Pourquoi faut-il expliquer la pensée toltèque aux enfants?

● Parce qu’ils se dévalorisent et jugent facilement ( Je suis trop nul, il est trop méchant, je suis moche …) Les enfants peuvent être durs envers eux-mêmes ou envers les autres.
● parce qu’ils ramènent tout à eux, prennent les choses de manière personnelle. Difficile d’expliquer à un enfant de ne pas se soucier des moqueries des autres ou des remarques de professeurs quand on sait combien cela peut être difficile déjà pour nous adultes
● Parce qu’ils se racontent des histoires, écoutent derrière les portes, et font des interprétations erronées.
● Parce qu’ils se sentent limités car ils ont l’impression de faire toujours beaucoup d’effort pour peu de résultats ou en faire beaucoup trop et ne jamais être satisfaits d’eux.


Découvrir la pensée toltèque permet d’ agir et de parler de façon juste. Elle permet d’avoir les outils pour comprendre le monde extérieur, pour s’y sentir à l’aise et en confiance.
Ne perdez pas de vue que ce que je vous livre ici s’adresse à vous adultes, aux jeunes gens, comme aux enfants.

Alors soyez prêts et surveillez les prochains articles pour découvrir ces recettes toltèques si précieuses.

Si vous avez aimé l'article ou la vidéo, vous êtes libre de partager en cliquant sur le réseau que vous souhaitez utiliser
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •